Sites départementaux

Chalain et Bellecin

Le Conseil départemental est propriétaire des domaines de Chalain, au bord du lac du même nom, et de Bellecin, au bord du lac de Vouglans.

Il a confié à deux régies la mission d’exploiter ces sites. Le premier est tourné vers un public familial adepte des loisirs de pleine nature, le second vers un public sportif. La régie de Chalain a également en charge les sites de Surchauffant et de la Mercantine.

La régie de Chalain est présidée par Monsieur Gérôme FASSENET et celle de Bellecin par Monsieur Jean-Charles GROSDIDIER.

Les campings des lacs de Chalain et de Vouglans concentrent près de 20 % des campeurs dans le Jura. Le lac de Chalain offre un cadre exceptionnel. La régie propose un hébergement diversifié : près de 500 places de camping, Mobil homes et bungalows bois et une trentaine de chalets. En plus du lac, le domaine comporte une piscine avec bassins chauffés, sauna, hammam et toboggans.

La base de Bellecin est une plate-forme sportive, avec plus de 150 lits qui accueille de nombreuses activités de groupe. C’est aussi un camping à proximité d’une plage de sable. Le camping du Surchauffant offre 135 places, des Mobil homes et des chalets en bois pour 7 personnes. Il possède des équipements sportifs variés. La base du Surchauffant est équipée d’un port de plaisance, qui au pied du pont de la Pyle, permet des balades inoubliables sur le lac.
Un peu plus loin, une autre plage sur le site de La Mercantine offre un port de voiliers. La voile, le ski nautique, l’aviron mais aussi la pêche amateur font du lac de Vouglans une destination connue de nombreux Européens attachés à ces loisirs.

Plus d’informations

Bellecin
Site internet de la régie de Chalain
Site internet de la régie de Bellecin

Les sites et lieux d’accueil traditionnels du Conseil départemental sont fermés au public jusqu’à nouvel ordre.
Un accueil téléphonique est maintenu de 9h00 à 12h00 et de 13h00 à 16h00, du lundi au vendredi, jusqu’à la levée des mesures de confinement. Il est préférable de n’appeler qu’en cas de stricte nécessité…