APPROCHE GLOBALE DE L’ACCIDENTALITÉ DES ROUTES DÉPARTEMENTALES

Les indicateurs
Le choix des indicateurs de l’accidentalité d’un tronçon de route s’inspire de la démarche SURE(1) mise en place par l’Etat sur les routes nationales. Les deux indicateurs retenus sont :

  • le taux d’accidents défini comme le rapport entre le nombre d’accidents corporels constatés sur un tronçon donné, et le nombre de kilomètres parcourus par le trafic sur ce tronçon. Il représente le “risque” pour un conducteur d’avoir un accident sur ce tronçon.
  • la densité d’accidents égale au rapport entre le nombre d’accidents corporels sur un tronçon donné et la longueur de ce tronçon. Elle permet d’identifier les zones d’accumulation d’accidents.

Tous les accidents corporels n’ont pas la même gravité mais celle-ci étant liée en partie au facteur humain (nombre de passagers, port ou non de la ceinture, ….) ils seront traités globalement comme étant potentiellement graves.

Les données
Ces deux indicateurs sont calculés en valeur moyenne annuelle pour la période 2008-2017, la durée de 10 ans a été retenue car elle permet de disposer d’un échantillon représentatif du nombre d’accidents et de valeurs de comptage.

Pendant cette période, il faut noter que le réseau routier géré par le Département a été stable(2) et la VMA sur les routes sans terre-plein central était fixée à 90 km/h.

Les données d’accidentalité (fiches BAAC3) ont été fournies par les services de l’Etat. Seules ont été exploitées les fiches permettant de localiser l’accident sur une route départementale hors agglomération, soit 576 pendant cette décennie.

Les trafics proviennent de la base de données du Conseil départemental qui comprend 845 points de comptage hors agglomération, avec une fréquence de comptage variant de une année sur deux à une année sur six.

 

Les résultats par catégorie de routes
La synthèse des résultats sur la période 2008-2017 et hors agglomération est la suivante :

Les valeurs de ces indicateurs sur le réseau routier national (RRN) en rase campagne sont disponibles sur la période 2011-2016 :

  • sur les routes à chaussée unique : 3.60 pour le taux d’accidents et 0.13 pour la densité moyenne d’accidents.
  • sur les routes à chaussées séparées : 2.70 et 0.25.

Pour la suite de l’étude, seul le taux d’accidents sera utilisé comme indicateur de dangerosité. Pour les tronçons avec un nombre réduit d’accidents, il sera un signal d’alerte lorsque sa valeur excèdera les deux références : taux moyen du réseau structurant et taux du RRN. Dans tous les cas, il est confronté à l’analyse de la configuration du tronçon sur lequel il est calculé, et notamment les points particuliers.