ÉTUDE DU RÉSEAU STRUCTURANT

Le réseau structurant est presque entièrement composé d’anciennes routes nationales ayant une largeur comprise entre 6 et 7 m, supérieure à la largeur minimale recommandée pour une vitesse de référence à 90 km/h. Au cours des dernières décennies, il a été largement aménagé : déviations, recalibrages, rectifications de virages, créneaux de dépassement… pour le rendre compatible avec cette vitesse de référence, ce qui explique une valeur du taux moyen d’accidents inférieur à celles des autres réseaux et comparable au RRN.

Le découpage en itinéraires 
Pour évaluer l’accidentalité sur un linéaire suffisant, le réseau structurant est découpé en 9 itinéraires correspondant aux principaux flux de circulation :

La méthodologie
Pour chaque itinéraire :

  • Le taux des accidents global et par tronçon homogène en trafic sont calculés
  • La configuration générale est décrite : profil en travers, tracé en plan, profil en long.
  • Les VMA actuelles sont cartographiées
  • Les carrefours, virages ou tronçon de route présentant un danger particulier sur les sections à 80 km/h sont identifiés, notamment sur les tronçons avec un taux d’accidents important.

Synthèse des relèvements
Sur cette base, les modifications de la VMA sont adoptées. Pour 8 itinéraires sur 9, l’étude relève la VMA de 80 à 90 km/h, avec des mesures de réduction ponctuelle de vitesse sur des points particuliers. Seule la VMA de la partie Lons-le-Saunier / Saint-Laurent est maintenue à 80 km/h. Les VMA réduites à 50 et 70 km/h sur ce secteur sont également maintenues.