Clément Pernot s’alarme au sujet de la situation du commerce de proximité

Au regard de la dégradation de la situation sanitaire, le Président de la République a décidé d’un reconfinement général afin de lutter contre la diffusion de la COVID19. Cette décision paraît nécessaire. Une ligne directrice a été précisée par le Gouvernement. Clément Pernot, Président du Département du Jura, est cependant en désaccord sur l’iniquité de traitement dans le domaine du commerce.

En effet, les rayons des produits qui ne sont pas de première nécessité restent accessibles dans les magasins de la grande distribution alors même que les petits commerces de proximité sont contraints à la fermeture. Ces derniers se trouvent donc placés dans une situation de grave déséquilibre, de concurrence injustifiable.
Le problème se pose également pour l’ensemble des activités exercées en auto-entreprise qui sont autorisés aujourd’hui alors que ces mêmes activités exercées en boutique ou en salon ne le sont pas.

Même si les annonces gouvernementales en matière de compensations financières dédommagent une partie des pertes, il n’en demeure pas moins que tous ne sont pas éligibles. Le risque de voir disparaître ce tissu économique est important ! Je rappelle combien ce tissu est structurant pour notre ruralité.

Ces commerces dits « non-essentiels », qui ont déjà subi de plein fouet le premier confinement, réalisent une part conséquente de leur chiffre d’affaires durant cette période qui précède les fêtes. Ils ne sont pas en capacité de résister à une chute brutale, persistante, de leur activité sans que soit mis en danger leur existence.

Par ailleurs, cela conduit nos concitoyens à se retrouver massivement dans les enseignes de la grande distribution alors même que l’on recherche sur le plan sanitaire à éviter les brassages de population.

Pour ces raisons, Clément Pernot demande donc au Gouvernement de bien vouloir réexaminer cette situation inéquitable.

Clément Pernot,
Président du Département du Jura