Suivez la Séance Publique en direct

“Faire ça voir”, soutenir et informer les malvoyants

Présente partout en France, cette association d’origine lédonienne s’intéresse à un handicap qui ne se voit pas et qui, à ce titre, est plus difficile à vivre que d’autres : le handicap visuel.

3 millions de personnes en souffrent en France et ce nombre évolue à la hausse chaque année compte-tenu du vieillissement de la population. Des jeunes, des moins jeunes et des personnes âgées, toutes et tous peuvent être un jour concernés avec à la clé, une perte d’autonomie. Dès lors, l’urgence est de savoir comment la conserver.

Créée en 2017 par Ted Carret, opticien jurassien spécialisé en basse vision, « FAIRE ÇA VOIR » accompagne et informe, gratuitement, les nouveaux malvoyants. Ses actions lui ont permis notamment de remporter, en 2019, le prix « Initiatives Association » décerné par la Fondation d’Entreprise Bourgogne Franche-Comté Solidarité.

Les malvoyants doivent en effet savoir qu’il existe quantité de processus, de techniques, de spécialistes et de réseaux dédiés à redonner espoir. Pour Ted Carret et son équipe, les conséquences de la cécité et de la malvoyance ne sont pas une fatalité. Une reconstruction est possible après une certaine phase de repli sur soi.

Pour accepter de vivre différemment et rompre avec l’isolement, il est conseillé de développer des stratégies comportementales avec l’aide des ophtalmologistes, orthoptistes, opticiens spécialisés en basse vision, ergothérapeutes, instructeurs en locomotion, psychologues et les associations dédiées.

Le renforcement de nos autres sens, par un enseignement spécifique, contribue en effet au retour à une certaine autonomie. À titre d’exemple, très méconnu, ce « sens des masses » dont nous disposons toutes et tous permettant de situer des obstacles à proximité immédiate grâce à des « capteurs » situés sur nos visages.

« FAIRE ÇA VOIR » conseille, soutient et informe donc afin de faire progresser la connaissance autour de la basse vision. Elle organise toute l’année de nombreuses conférences et rencontres sur ce sujet crucial mais encore trop discret au plan médiatique.

La démarche de cette association est donc essentielle alors que les statistiques sont malheureusement alarmantes pour cause de mauvaise gestion des acuités visuelles.

25% des enfants de la planète souffrent en effet d’une déficience visuelle mal prise en charge provoquant notamment des difficultés scolaires. Pour les personnes âgées, sujettes aux chutes, une mauvaise vue multiplie le risque par 7 ! Quant aux conducteurs, 8 millions d’entre eux en France prennent le volant avec une vue mal ou non corrigée alors que l’œil fourni 90% des informations nécessaires à la conduite. C’est d’ailleurs en général ce que notre vue nous apporte au quotidien avec 80% d’informations. Mais en sommes-nous bien conscients ?

« FAIRE ÇA VOIR » martèle que les dépistages et les contrôles doivent être renforcés.

En 2021, quasiment tout est encore conçu par et pour un monde de voyants, toutefois l’association est dans ce contexte, un passeur d’espoir. Comme d’autres structures nombreuses en France, elle contribue, à petits pas, à faire évoluer la société.

Ce n’est pas parce qu’on a un handicap qu’on est handicapé !

Le 14 janvier dernier, « FAIRE ÇA VOIR » a donc mis le cap sur cette nouvelle année lors de son assemblée générale suivie par 35 personnes en distanciel, dont des bénévoles et des représentants de relais de toute la France avec plus de 10 départements représentés.

Malgré le crise sanitaire, de premières rencontres ont été fixées dans le Jura : le 3 février lors du Mini SILMO au Lycée de Morez et le 16 mars à Poligny.

Pour toutes les informations complémentaires ou pour rejoindre l’association, rendez-vous sur fairecavoir.org.

 

Ted Carret / © Conseil départemental du Jura