Ces projets Jurassiens cofinancés par le fonds social européen

Ces cofinancements ont été réalisés dans le cadre du programme opérationnel national « emploi et inclusion 2014/2020 : assistance technique et accompagnement socio-professionnel de publics en difficulté ».

Assistance technique, poste de chargée de mission FSE/DSF/MFP

Dans le cadre de la politique de cohésion sociale de l’Union européenne, le Conseil départemental a géré sur la période 2014/2016 une subvention globale FSE au titre de l’objectif « investissement et croissance pour l’emploi », axe 3 prioritaire « lutte contre la pauvreté et promouvoir l’inclusion ».

Des crédits FSE d’assistance technique ont été alloués au Département pour le pilotage et la gestion de la subvention globale qui lui a été attribuée avec pour objectifs de :

  • piloter et coordonner, animer, évaluer le programme opérationnel national et appuyer sa mise en œuvre,
  • communiquer sur les actions susceptibles de faire l’objet d’un cofinancement FSE, valoriser et faire connaitre les bonnes pratiques et initiatives exemplaires et novatrices et les résultats.

Cofinancements 2015/2016

Coût total : 62 514,67 €, pour un montant FSE de 37 508,81 €.

Cofinancements 2017

Coût total : 39 733,18 €, pour un montant FSE de 23 839,91 €.

Cofinancements 2018/2020

Coût total : 204 145,01 € pour un montant FSE de 73 492,19 €.


Accompagnement socioprofessionnel de publics en difficulté (DSSD, mission insertion)

Cette action vise à détecter le potentiel des bénéficiaires du RSA en vue d’une mise à l’emploi, promouvoir les profils auprès des entreprises, permettre à ce public d’accéder à une formation qualifiante et les rendre autonomes dans leurs démarches de recherche d’emploi.

Cofinancements 2014/2015

Coût total : 668 418,80 €, pour un montant FSE de 401 051,28 €.

Principales actions, moyens prévus et modalités de mises en œuvre

Les conseillers, par le biais d’entretiens individuels, mettent en œuvre un accompagnement personnalisé. À partir du bilan personnel et professionnel élaboré lors du diagnostic, cet accompagnement peut se découper en plusieurs phases :

Phase 1 : élaboration d’un projet professionnel

Adapter les personnes à l’environnement professionnel tant au niveau des savoir-être que des savoir-faire, répondant aux besoins du marché du travail jurassien, en utilisant les dispositifs existants liés à la création d’entreprise, la formation, l’insertion par l’activité économique, la construction de parcours permettant à la fois de prendre en compte les capacités des personnes et le besoin des employeurs.

Phase 2 : recherche et mise à l’emploi

Travail sur les techniques de recherche d’emploi (élaboration d’un CV, de lettres de motivation, techniques d’entretien, etc.), négociation avec des employeurs potentiels pour construire des parcours de retour à l’emploi, accompagner les personnes en mobilisant notamment les mesures pour l’emploi.

Le partenariat avec les acteurs locaux intervenant sur le marché du travail est renforcé pour travailler de manière cohérente et ainsi mutualiser les moyens. Des contacts réguliers sont organisés avec les bénéficiaires sous forme d’entretiens physiques ou téléphoniques selon le besoin. Les conseillers sont amenés à prospecter les entreprises pour proposer les profils des personnes qu’elles accompagnent. Des outils internes sont construits permettant de capitaliser les actions préconisées et d’en assurer un suivi.

Phase 3 : suivi dans l’emploi

Dans le cadre des contrats aidés : CAE et CIE, pour sécuriser les parcours et favoriser l’embauche définitive du salarié, un suivi dans l’emploi est mis en place. Il s’agit pour les conseillers d’établir un suivi régulier dans l’entreprise permettant de réguler les relations employeur/salarié en cas de problème ou d’aider à la mise en place d’un plan de formation (contenu pédagogique et/ou financement). En priorité, les contacts sont organisés de manière tripartite employeur/salarié/conseiller mais peuvent être bipartite si nécessaire. Ils prennent la forme d’un entretien formalisé dans le 1er et le 5ème mois. Si nécessaire, d’autres contacts téléphoniques peuvent être organisés. Un outil de suivi est établi en interne ; des ateliers collectifs sont mis en place pour créer une dynamique entre les bénéficiaires.

Publics ciblés

Plus de 80 % de bénéficiaires de minima sociaux, les personnes isolées, les jeunes en difficulté et les personnes en situation de handicap.

Résultats attendus

50% de sorties positives dont 25% d’emploi durable, 30% d’emploi aidé, 30% d’emploi temporaire et 15% de formation.


Accompagnement socioprofessionnel des bénéficiaires du rSa (PDS, mission insertion)

Le Département du Jura met en synergie une intervention à la fois sur le champ social et professionnel permettant d’avoir une action cohérente et concertée pour une prise en compte global de chaque situation. Pour cela une équipe de conseillers professionnels intervient au plus près des territoires et couvre l’ensemble des bassins d’emploi jurassiens. Un chargé de mission coordonne et anime cette équipe. 4 personnes sont chargées du suivi administratif. Les conseillers mettent en œuvre un accompagnement professionnel des publics en difficultés (bénéficiaires de minima sociaux dont le rSa, personnes en situation de handicap, jeunes en difficulté pris en charge au titre de l’aide sociale à l’enfance) visant une insertion professionnelle durable leur permettant de sortir des dispositifs d’aide publique. En parallèle il faut mobiliser les entreprises, partenaires incontournables pour une pleine réussite de cette action. Les personnes orientées vers les conseillers professionnels sont celles pour lesquelles l’offre de service de Pôle emploi n’est pas adaptée, qui ont besoin d’un accompagnement personnalisé et soutenu. Les conseillers professionnels les aident à définir un projet professionnel adapté à leur potentiel et au marché du travail et mobilisent les outils adaptés à leurs difficultés (prestations d’aide aux techniques de recherche d’emplois, contrats aidés, modules de formation, etc.). Ils démarchent les employeurs potentiels pour présenter les profils des personnes accompagnées et construisent avec eux un parcours adapté. Le travail en partenariat avec l’entreprise est primordial. En cas d’embauche en contrat aidé, cette collaboration est poursuivie tout au long du contrat pour sécuriser le parcours facilitant ainsi l’intégration dans l’entreprise et permettant l’atteinte des objectifs fixés lors de la négociation. Pour les personnes sous statut de travailleur indépendant, l’accompagnement vise à mesurer la capacité de la personne à se maintenir ou non dans une activité indépendante et si besoin les inciter à s’orienter vers une recherche d’emploi salarié.

Cofinancement 2016

Coût total : 321 528,24 €, pour un montant FSE de 128 905 €.

Principales actions

Les conseillers, par le biais d’entretiens individuels, mettent en œuvre un accompagnement personnalisé. À partir du bilan personnel et professionnel élaboré lors du diagnostic, cet accompagnement peut se découper en plusieurs phases.

Phase 1 : élaboration d’un projet professionnel

Adapter les personnes à l’environnement professionnel tant au niveau des savoir-être que des savoir-faire, répondant aux besoins du marché du travail jurassien, en utilisant les dispositifs existants liés à la création d’entreprise, la formation, l’insertion par l’activité économique, etc.
Construire des parcours permettant à la fois de prendre en compte les capacités des personnes et le besoin des employeurs.

Phase 2 : recherche et mise à l’emploi

Travail sur les techniques de recherche d’emploi (élaboration d’un CV , élaboration de lettres de motivation, techniques d’entretien, etc.)
Négociation avec des employeurs potentiels pour construire des parcours de retour à l’emploi, accompagner les personnes en mobilisant notamment les mesures pour l’emploi.

Le partenariat avec les acteurs locaux intervenant sur le marché du travail est renforcé pour travailler de manière cohérente et ainsi mutualiser les moyens. Des contacts réguliers sont organisés avec les bénéficiaires sous forme d’entretiens physique ou téléphoniques selon le besoin. Les conseillers sont amenés à prospecter les entreprises pour proposer les profils des personnes qu’elles accompagnent. Des outils internes sont construits permettant de capitaliser les actions préconisées et d’en assurer un suivi.

Phase 3 : suivi dans l’emploi

Dans le cadre des contrats aidés : CAE et CIE, pour sécuriser les parcours et favoriser l’embauche définitive du salarié, un suivi dans l’emploi est mis en place. Il s’agit pour les conseillers d’établir un suivi régulier dans l’entreprise permettant de réguler les relations employeur/salarié en cas de problème ou d’aider à la mise en place d’un plan de formation (contenu pédagogique et/ou financement). En priorité, les contacts sont organisés de manière tripartite employeur/salarié/conseiller mais peuvent être bipartite si nécessaire. Ils prennent la forme d’un entretien formalisé dans le 1er et le 5ème mois. Si nécessaire, d’autres contacts téléphoniques peuvent être organisés. Un outil de suivi est établi en interne ; des ateliers collectifs sont mis en place pour créer une dynamique entre les bénéficiaires.

Publics ciblés

Majoritairement des bénéficiaires du RSA (95 %), demandeurs d’emploi ou non ; les jeunes de moins de 35 ans sont un axe prioritaire.

Résultats attendus

Sur 500 participants : 50% de sorties positives dont 25% d’emploi durable, 35% d’emploi aidé, 30% d’emploi temporaire et 10% de formation.


Accompagnement socioprofessionnel des publics éloignés de l’emploi (PDS, mission insertion)

Cette action vise à détecter le potentiel des bénéficiaires du RSA en vue d’une mise à l’emploi, promouvoir les profils auprès des entreprises, permettre à ce public d’accéder à une formation qualifiante, les rendre autonomes dans leurs démarches de recherche d’emploi.

Cofinancement 2017

Coût total : 312 792.96 €, pour un montant FSE de 187 675,78 €.

Principales actions

Les conseillers, par le biais d’entretiens individuels, mettent en œuvre un accompagnement personnalisé. À partir du bilan personnel et professionnel élaboré lors du diagnostic, cet accompagnement peut se découper en plusieurs phases :

Phase 1 : élaboration d’un projet professionnel

Adapter les personnes à l’environnement professionnel tant au niveau des savoir-être que des savoir-faire, répondant aux besoins du marché du travail jurassien, en utilisant les dispositifs existants liés à la création d’entreprise, la formation, l’insertion par l’activité économique, etc.
Construire des parcours permettant à la fois de prendre en compte les capacités des personnes et le besoin des employeurs.

Phase 2 : recherche et mise à l’emploi

Travail sur les techniques de recherche d’emploi (élaboration d’un CV , élaboration de lettres de motivation, techniques d’entretien, etc.)
Négociation avec des employeurs potentiels pour construire des parcours de retour à l’emploi, accompagner les personnes en mobilisant notamment les mesures pour l’emploi.

Le partenariat avec les acteurs locaux intervenant sur le marché du travail est renforcé pour travailler de manière cohérente et ainsi mutualiser les moyens. Des contacts réguliers sont organisés avec les bénéficiaires sous forme d’entretiens physique ou téléphoniques selon le besoin. Les conseillers sont amenés à prospecter les entreprises pour proposer les profils des personnes qu’elles accompagnent. Des outils internes sont construits permettant de capitaliser les actions préconisées et d’en assurer un suivi.

Phase 3 : suivi dans l’emploi

Dans le cadre des contrats aidés : CAE et CIE, pour sécuriser les parcours et favoriser l’embauche définitive du salarié, un suivi dans l’emploi est mis en place. Il s’agit pour les conseillers d’établir un suivi régulier dans l’entreprise permettant de réguler les relations employeur/salarié en cas de problème ou d’aider à la mise en place d’un plan de formation (contenu pédagogique et/ou financement). En priorité, les contacts sont organisés de manière tripartite employeur/salarié/conseiller mais peuvent être bipartite si nécessaire. Ils prennent la forme d’un entretien formalisé dans le 1er et le 5ème mois. Si nécessaire, d’autres contacts téléphoniques peuvent être organisés. Un outil de suivi est établi en interne ; des ateliers collectifs sont mis en place pour créer une dynamique entre les bénéficiaires.

Publics ciblés

Majoritairement des bénéficiaires du RSA ; les jeunes de moins de 35 ans sont un axe prioritaire.

Résultats attendus

Sur 420 participants : 50% de sorties positives dont 25% d’emploi durable, 35% d’emploi aidé, 30% d’emploi temporaire et 10% de formation.


Accompagnement socioprofessionnel des publics éloignés de l’emploi (PDS, mission insertion)

Cette action vise à détecter le potentiel des bénéficiaires du RSA en vue d’une mise à l’emploi, promouvoir les profils auprès des entreprises, permettre à ce public d’accéder à une formation qualifiante, les rendre autonomes dans leurs démarches de recherche d’emploi.

Cofinancement 2018/2019

Coût total : 743 178.16 €, pour un montant FSE de 445 907,70 €.

Principales actions

Les conseillers, par le biais d’entretiens individuels, mettent en œuvre un accompagnement personnalisé. À partir du bilan personnel et professionnel élaboré lors du diagnostic, cet accompagnement peut se découper en plusieurs phases :

Phase 1 : élaboration d’un projet professionnel

Adapter les personnes à l’environnement professionnel tant au niveau des savoir-être que des savoir-faire, répondant aux besoins du marché du travail jurassien, en utilisant les dispositifs existants liés à la création d’entreprise, la formation, l’insertion par l’activité économique, etc.
Construire des parcours permettant à la fois de prendre en compte les capacités des personnes et le besoin des employeurs.

Phase 2 : recherche et mise à l’emploi

Travail sur les techniques de recherche d’emploi (élaboration d’un CV , élaboration de lettres de motivation, techniques d’entretien, etc.)
Négociation avec des employeurs potentiels pour construire des parcours de retour à l’emploi, accompagner les personnes en mobilisant notamment les mesures pour l’emploi.

Le partenariat avec les acteurs locaux intervenant sur le marché du travail est renforcé pour travailler de manière cohérente et ainsi mutualiser les moyens. Des contacts réguliers sont organisés avec les bénéficiaires sous forme d’entretiens physique ou téléphoniques selon le besoin. Les conseillers sont amenés à prospecter les entreprises pour proposer les profils des personnes qu’elles accompagnent. Des outils internes sont construits permettant de capitaliser les actions préconisées et d’en assurer un suivi.

Phase 3 : suivi dans l’emploi

Dans le cadre des contrats aidés : CAE et CIE, pour sécuriser les parcours et favoriser l’embauche définitive du salarié, un suivi dans l’emploi est mis en place. Il s’agit pour les conseillers d’établir un suivi régulier dans l’entreprise permettant de réguler les relations employeur/salarié en cas de problème ou d’aider à la mise en place d’un plan de formation (contenu pédagogique et/ou financement). En priorité, les contacts sont organisés de manière tripartite employeur/salarié/conseiller mais peuvent être bipartite si nécessaire. Ils prennent la forme d’un entretien formalisé dans le 1er et le 5ème mois. Si nécessaire, d’autres contacts téléphoniques peuvent être organisés. Un outil de suivi est établi en interne ; des ateliers collectifs sont mis en place pour créer une dynamique entre les bénéficiaires.

Publics ciblés

Majoritairement des bénéficiaires du RSA ; les jeunes de moins de 35 ans sont un axe prioritaire.

Résultats attendus

50% de sorties positives dont : 25% d’emploi durable, 35% d’emploi aidé, 40% d’emploi temporaire. Le nombre prévisionnel de participants est de 700 sur 2 ans.

Une question, une demande ? Contactez directement mission financement des projets au 03 84 87 33 57 ou par e-mail

ENVOYER UN E-MAIL