LE BUDGET 2021 DE 337,5 M€ ADOPTÉ

32 voix pour, 2 voix contre.

Les 34 conseillers départementaux ont examiné les 11 et 14 décembre le projet de budget primitif 2021 du Département du Jura avant de le voter lundi à la mi-journée.

Au total 337,5 millions d’euros dont 84,4 d’investissements en hausse de 5,5 %.
Un budget supérieur de 2% à celui de 2020 soit 6,8 millions d’euros supplémentaires dédiés au développement du territoire et au bénéfice de ses habitants.

Un budget offensif, responsable et solidaire établi malgré la crise sanitaire et sociale provoquée par la pandémie. En 2021, la COVID-19 provoquera inéluctablement une baisse des recettes fiscales et surtout une augmentation des dépense sociales. Elles représentent désormais près de la moitié des crédits de fonctionnement, 49,8% à 126,2 millions d’euros, en hausse de 2,5 millions d’euros par rapport à 2020.

Par ailleurs, le bouleversement fiscal provoqué par la suppression de la taxe d’habitation pour les résidences principales et les transferts de fiscalité entre collectivités qui en découlent (perte du foncier bâti pour les Départements), et de surcroît dorénavant la réduction des impôts de production, modifient en profondeur les fondamentaux des stratégies financières locales élaborées depuis la décentralisation. En conséquence, les Départements sont désormais plus dépendants que jamais de la conjoncture économique nationale.

Néanmoins, l’exécutif départemental peut se permettre d’envisager de poursuivre et d’amplifier son programme d’investissements à destination notamment des routes, des collèges, des bâtiments, du maillage numérique et des territoires grâce à sa politique de désendettement et la maitrise du fonctionnement entreprises depuis le début de sa mandature en 2015.

« Dans un environnement actuel très incertain, les marges de manœuvre ainsi dégagées (épargne en progression constante et faible niveau d’endettement) doivent permettre d’envisager l’avenir avec confiance, tout en faisant preuve d’imagination et de capacité d’adaptation » a tenu à rassurer le Président Clément Pernot.

« Notre politique, à une époque contestée, est aujourd’hui saluée par tous » a-t-il encore ajouté avec satisfaction, « car elle était la seule politique raisonnable possible ».