André VAUCHEZ, 25 ans Conseiller général
© Philippe Trias – Le Progrès – Maxppp

Le Conseil général est devenu acteur principal de la vie politique jurassienne dans les années 80. Cela s’est traduit par le passage d’une ère apolitique à une ère plus politisée.

André Vauchez a été Conseiller général influent durant cette période charnière (1979-1985) puis de 1992 à 2011.

Travailleur, attentif, calmement persuasif, il a incarné avec son ami Alain Brune, l’expression Socialiste au sein de l’Assemblée départementale. Il a porté la décentralisation comme un idéal.

Il a siégé 25 ans, naturellement sa personnalité sage s’est vue confier la première Vice-Présidence de 2008 à 2011.

Son goût pour la politique mais aussi ses passions pour la Petite Montagne de son enfance, le cyclisme, la chasse et son chien donnaient du sel à sa compagnie.

J’adresse nos plus sincères condoléances à sa famille au nom des anciens Conseillers généraux, des anciens Conseillers départementaux, des Conseillers départementaux.

Clément Pernot,
Président du Département du Jura.

Suite aux élections départementales des 20 et 27 juin derniers, ce sont 14 nouveaux Conseillers qui ont fait leur entrée au sein de l’assemblée jurassienne…

À l’appel du doyen d’âge, Gilbert BLONDEAU, Élu du Canton de Saint-Laurent-en-Grandvaux, les 34 Conseillers départementaux ont d’abord élu le Président. Ainsi, c’est Clément PERNOT, déjà Président depuis 2015, qui a été réélu à l’unanimité des voix exprimées et quatre abstentions.

© Conseil départemental du Jura / Nicolas Logerot. Tous droits réservés. All Rights Reserved. L’utilisation ou la distribution non autorisée est interdite

Le Président, chef de l’exécutif départemental, plus qu’un simple élu parmi les élus, a la responsabilité de la bonne marche de l’administration et de ses 1 500 agents, prenant ainsi sur lui un certain nombre de responsabilités administratives, politiques voire pénales.

Dans un second temps, l’Assemblée a décidé du nombre et des compétences de la Commission permanente. Fixé à 34 Élus, ce nombre permettra à chaque Conseiller départemental de suivre, au fil des mois, les affaires courantes de l’administration départementale et d’en répondre auprès des Jurassiens mais aussi de porter leurs préoccupations.

À l’invitation de Clément PERNOT, l’Assemblée a désigné les Vice-présidents, qui constitueront autour de lui l’exécutif départemental :

  • Premier Vice-président : Franck DAVID en charge de l’agriculture, l’environnement et le laboratoire départemental d’analyses.
  • Deuxième Vice-présidente : Maryvonne CRETIN-MAITENAZ en charge de l’enfance, la famille et la santé.
  • Troisième Vice-président : Cyrille BRERO en charge de l’éducation, de la vie associative et de la jeunesse.
  • Quatrième Vice-présidente : Éloïse SCHNEIDER en charge de l’habitat, des collectivités et du souvenir (lien armée Nation).
  • Cinquième Vice-président : Gérôme FASSENET en charge du tourisme et de l’insertion.
  • Sixième Vice-présidente : Séverine CALINON en charge des affaires générales et des ressources humaines.
  • Septième Vice-président : Jean-Baptiste GAGNOUX en charge du numérique, de la modernisation de l’Institution et de la communication.
  • Huitième Vice-présidente : Florence MAUPOIL en charge de l’autonomie, des personnes âgées et des personnes handicapées.
  • Neuvième Vice-présidente : Dominique CHALUMEAUX en charge des routes, des véloroutes, des bâtiments et de l’aéroport.
  • Dixième Vice-présidente : Christelle MORBOIS en charge de la transition énergétique.

Par ailleurs, le Président désignera quatre rapporteurs pour les commissions spécialisées du Conseil départemental :

  • Marie-Christine DALLOZ : Rapporteur général du Budget, pour la Commission1 en charge des finances, des contractualisations et des affaires générales.
  • Françoise VESPA : Rapporteur en charge des affaires sociales, pour la Commission2 en charge des affaires sociales (enfance/famille, personnes âgées, personnes handicapées, insertion).
  • René MOLIN : Rapporteur en charge de l’appui aux Territoires, pour la Commission3 en charge de l’aide aux territoires, du tourisme, de l’habitat, de l’agriculture de l’éducation, de la culture et de la vie associative.
  • Gilbert BLONDEAU : Rapporteur en charge  du Patrimoine et des Ressources, pour la commission 4 en charge de routes et véloroutes, bâtiments, collèges, domaines et des archives départementales.

Enfin, Clément PERNOT a désigné Philippe PROST, Délégué auprès du Président en charge des sites remarquables du Jura, des grands Sites, et des relations interdépartementales.

© Conseil départemental du Jura / Nicolas Logerot. Tous droits réservés. All Rights Reserved. L’utilisation ou la distribution non autorisée est interdite
PORTRAIT / Arthur Bouquier, au top 100 du tennis français, est Jurassien

À 20 ans, Arthur Bouquier est depuis peu tennisman professionnel. Sa première balle ? À l’âge de 5 ans… pour ne pas dire qu’il est tombé dedans tout petit. Sa jeune carrière l’a déjà entraîné sur les cours à Monastir en Tunisie (notre vidéo), en Slovaquie, en Suisse ou à Oslo pour un titre mondial junior, à 17 ans. « Depuis septembre 2019, Arthur a déjà battu 4 joueurs classés autour de la 500è place mondiale (ATP) et 10 joueurs du top 100 France », affiche fièrement l’ASCAP de Montbéliard où il est licencié. L’ex-sociétaire du Tennis Club du Bassin de Lons-le-Saunier est actuellement classé 1053e joueur mondial. Sur terre battue, sur gazon ou en salle, le numéro 100 Français entend plus que jamais hausser son niveau de jeu et son coup droit déjà remarqué. « Il faut être dans le top 200 mondial », aspire-t-il, épaulé par son Jura natal et un parterre de fans. Ne compte-t-il, en voisin et ami, un autre international ? Le champion biathlète Quentin Fillon Maillet (notre vidéo du 27 novembre 2020) !

REPORTAGE / Les racines jurassiennes du luxe à la Française, grâce à Louis Vuitton

Dans cette nouvelle vidéo, quelques amoureux de leur région de petites montagnes verdoyantes nous convient à découvrir un de leur compatriote, Louis Vuitton, aussi internationalement connu que les Jurassiens Pasteur et Rouget de l’Isle. Le fondateur de la marque de luxe aux lettres « LV » entrelacées est né le 4 août 1821 au hameau d’Anchay, à Lavans-sur-Valouse rattaché à Saint-Hymetière-sur-Valouse. Le moulin à grains de son père est aujourd’hui un gîte dont Louis partit à pied à l’âge de 14 ans. Direction : la capitale où il apprend, auprès de Jurassiens déjà installés, le métier de malletier pour clients fortunés. Sa connaissance – toute jurassienne – du travail du bois, le porte à fabriquer ses premières malles et valises adaptées au transport par trains qui se développait. L’infatigable voyageur ouvre sa première boutique parisienne en 1854. Depuis, ses bagages et autres produits de hauts-de-gamme ne cessent d’accompagner les voyages partout dans le monde.

Décision modificative n°1

Compte-tenu du contexte sanitaire, les élections régionales et départementales ont été reportées aux 20 et 27 juin prochains.

Afin de garantir la plus large équité entre tou(te)s les candidat(e)s, aucune information sur la session plénière de ce vendredi 28 mai ne sera diffusée avant l’issue du second tour le 27 juin prochain.

Une question, une demande ? Contactez directement le cabinet du Président Pernot au 03 84 87 33 05 ou par e-mail

ENVOYER UN E-MAIL
DÉCOUVERTE : LE CHÂTEAU D’OLIFERNE VEILLE SUR SES LÉGENDES, SON LAC ET SES MONTAGNES
© Jura le Département

Sur son pic rocheux à 807 mètres d’altitude, les vestiges du château d’Oliferne embrassent les vallées de l’Ain et de la Valouse, sur le territoire de Vescles. De cette forteresse qui daterait du XIIIe siècle, la vue à jamais y est imprenable. Magnifique perspective sur le lac de Coiselet, les villages et les montagnes alentours ! « Le château était une voie d’accès qui permettait d’acheminer les produits du Jura jusqu’à Lyon et aussi à l’abbaye de Saint-Claude », commente Daniel Cantaloube, Président de l’association ADAPEMONT (Association pour le Développement et l’Animation de la Petite Montagne) qui le restaure patiemment depuis 25 ans. Ses murs d’enceinte et ses tours ont subi l’assaut des troupes de Henri IV puis de Louis XI qui les ont finalement démantelés. Son histoire évoque des événements et des contes bien cruels mais aussi de merveilleuses légendes. Un trésor, dit-on, serait caché au fond d’une mystérieuse galerie… Attention, la pierre se referme toute seule une fois par an, à minuit…

JOËL TOMAKPLECONOU, PILIER DU CERCLE SPORTIF LÉDONIEN
© Jura le Département

Parti à 20 ans de Cotonou, capitale du Bénin, pour suivre des études de management et de commerce à Lons-le-Saunier, Joël Tomakpleconou découvre fortuitement le rugby qui se pratiquait au tout début du XXe siècle… Entre alternance en entreprise de découpe de métaux et études, ce sport qu’il ne connaissait pas et l’enthousiasme qu’il suscite est une révélation. Tout en se passionnant à l’organisation du club, qui évolue aujourd’hui en Fédéral 3, il a vite endossé le maillot sang et or du Cercle Sportif Lédonien. De là à ce que l’ancien pilier en soit un jour président et, de surcroît, membre du comité directeur de la ligue Bourgogne-Franche-Comté, lui même ne l’imaginait pas. À ce poste, il transmet les valeurs associatives qui lui sont chères aux services des autres. Au point qu’il est aujourd’hui chargé du bénévolat au niveau national. Cette vidéo nous présente une sensible leçon de vie de la part de ce puncheur. Avec l’énergie et l’endurance d’un pilier.

Reportage : sanctuaire Gallo-Romain de Villards-d’Héria
© Jura le Département

LES SACRÉES EAUX BALNÉAIRES DE VILLARDS-D’HÉRIA

Au village de Villards-d’Héria, non loin de Moirans-en-Montagne, repose un sanctuaire gallo-romain de la plus haute importance archéologique, lieu de pèlerinage des celtes Séquanes au 1er siècle de notre ère. Passé au peigne fin par les archéologues, le site découvert à la fin du XVIIe siècle, se révèle être à la fois cultuel et balnéaire alimenté par l’Héria, une résurgence du lac d’Antre où, par ailleurs, un autre sanctuaire ont été retrouvé. Ses eaux alimentaient piscines et bassins. Des pièces chauffées par le sol ont été dégagées ainsi que des troncs à offrandes, inscriptions latines, décors colorés et de nombreux fragments de statues. Les restes d’un temple construit au-dessus du Pont des Arches où coule l’Héria, ont été aussi mis au jour. À proximité, une vasque circulaire aux eaux sacrées conduit via un escalier monumental à des autels votifs, dont ceux de Mars et de la déesse Bellone, divinités de la guerre dans cet havre de paix. Cette vidéo en découvre tout le charme.

L’art vivant de nos jardins
© Jura le Département

Partons à la découverte de deux magnifiques jardins près de Lons-le-Saunier : l’Atelier Jardin à Cressia, et à Francheville où sont cultivées des plantes rares. Le premier, labellisé « jardin remarquable », est vrai un tour du monde floral mis en scène par le sculpteur-jardinier Marc Bernard. Autour d’une pièce d’eau se dessinent des îlots champêtres plein de senteurs composés à l’anglaise, en jardin japonais et en jardin mauresque avec ses jeux d’eau, charmille et sculptures. Une réouverture des lieux à ne pas manquer : les 5 et 6 juin prochains dans le cadre de « rendez-vous aux jardins », sur le thème de la transmission des savoirs. À Francheville, poussent sous une serre dôme, des plantes inhabituelles, telles ces étonnantes fleurs de sorcières à découvrir… Nous sommes au jardin ethnobotanique de Cyril Dietlin. « L’ethnobotanique est le rapport entre les hommes et les plantes », explique-t-il, garant de leur meilleure connaissance et usages.

Portrait croisé de deux producteurs laitiers : une même passion, du nord au sud du Jura
© Jura le Département

Notre vidéo nous conduit aujourd’hui auprès de deux éleveurs laitiers pour la production de fromages au lait cru, dont les appellations d’origine protégée Comté et Morbier. L’un sur le plateau du haut-Jura, l’autre à la limite de l’Ain. Chacun évoquant un métier pour lesquels « peu de jours se ressemblent », si ce n’est l’attention quotidienne portée à leurs Montbéliardes aussi typiques que les clochers francs-comtois.

Éleveur à Cuvier, à la limite du Doubs, Régis Bourgeois « n’a jamais changé de clocher et encore moins de maison familiale », admet-il. En dehors de ses activités d’éleveur, il cumule d’autres responsabilités, dont la gérance du magasin de la Fruitière du Plateau de Nozeroy, coopérative fromagère qui regroupe, à Bief-du-Fourg, une trentaine d’éleveurs.

À Aromas, au sud du département, Bruno Fahrny exerce en famille le même métier-passion pour lequel « il n’y a pas tellement de mots pour l’expliquer. » La diversité floristique des prairies jurassiennes et de ses fourrages garantissent a qualité des laits fromagers et « un très bon équilibre pour la santé des bêtes », argumente-t-il.