Les Conseillers départementaux du Jura

Philippe GENESTIER

Philippe Genestier, tout jeune sexagénaire fraîchement retraité, n’a jamais «travaillé» dans la mesure où ses différents métiers ont constitué sa passion; et réciproquement. Instituteur, acteur de l’éducation populaire, le Dolois a toujours joué collectif.

« J’ai eu une enfance très heureuse, confie le Conseiller départemental ayant remplacé Michel Giniès il y a plus d’un an. J’ai eu mes parents comme instituteurs, ils étaient engagés et j’ai toujours entendu parler de politique à la maison. C’était du militantisme de proximité et ma première manif’ c’était en mai 68, j’avais 10 ans ! »

Philippe Genestier est un enthousiaste qui s’implique dans la vie sociale : « J’allais au bahut avec plaisir, se souvient-il avec un sourire marqué, et j’ai toujours été délégué de classe, de la 6ème à la Terminale. À cette époque, nous n’avions pas cette pression de la réussite à tout prix… » Titulaire d’un Bac D, il s’inscrit avec un copain en médecine mais doit renoncer – la bosse des maths ne fait pas partie de sa panoplie. Et c’est tout naturellement qu’il passe le concours de l’École Normale à Lons-le-Saunier et se retrouve deux ans plus tard titulaire remplaçant, en mission dans les classes transplantées. Le Jurassien découvre Saint-Pierre-Quiberon, ne sachant pas encore qu’il y reviendra….

Après le service militaire en Allemagne – où il est… instit’ pour les sous officiers ! – il rejoint la ZUP (Zone Urbaine Prioritaire) des Mesnils Pasteur. Durant neuf ans, il fait la classe (du CP au CM2) aux petits Dolois et aussi aux primo-arrivants. « On avait des gamins remuants, certes, mais les parents faisaient confiance aux enseignants, on organisait sans problème des séjours à la mer. Quand je rencontre d’anciens élèves, tous ces bons souvenirs ressurgissent… ».

En 1992, sa vie change de cap, c’est le cas de l’écrire ; l’enseignant prend la direction du centre de vacances et de classes de mer, géré par les PEP 39 de… Saint-Pierre-Quiberon et la famille Genestier (deux enfants) y prend racines (même au sein du Conseil municipal), l’air marin, l’ambiance océanique et humaine les enchantant. « Des Bretons m’avaient averti « vous ne serez jamais d’ici ! » et finalement on est resté. L’école est un excellent facteur d’intégration. »

En 2002, retour dans le Jura, Philippe Genestier prend la direction de l’établissement Les Cèdres à Jouhe (Maison d’Enfants à Caractère Social, Mecs) et six ans plus tard il occupe la fonction de Maire-adjoint de Dole (1998-2014), en charge de l’éducation et de l’enfance. Il ne s’agit pas d’un hasard pour celui qui applique mordicus sa devise : « Être dans la vraie vie, ensemble avec les vraies gens. »

PRIORITÉ SOCIALE

L’itinéraire humain et professionnel de Philippe Genestier est marqué par un fil rouge : la lutte contre les inégalités et les injustices sociales. « Être élu, même dans l’opposition, c’est un rôle important dans la mesure où il s’agit de faire entendre la voix de celles et ceux qui sont dans la précarité sociale. »

EN QUELQUES MOTS

  • Un métier : « J’aurais voulu être toubib mais finalement j’ai pu exercer des métiers différents dans l’Éducation Nationale. J’y ai découvert des richesses énormes. »
  • Un billet d’avion : « Cap sur les îles chaudes ! »
  • Un sport : « Je regarde le rugby à la télé ! J’adore pêcher, on se vide la tête. Le Jura est un département féerique pour le pêcheur. »
  • Un livre : « J’adore les polars de Michaël Connelly qui se déroulent à Los Angeles. »
  • Un plat : « Une côte de boeuf made in Jura ! »