Nos missions et compétences

Les sites et lieux d’accueil traditionnels du Conseil départemental sont fermés au public jusqu’à nouvel ordre. Un accueil téléphonique est maintenu de 9h00 à 12h00 et de 13h00 à 16h00, du lundi au vendredi, jusqu’à la levée des mesures de confinement. Il est préférable de n’appeler qu’en cas de stricte nécessité…

Vous êtes dans : Accueil / Nos missions et compétences / Aménagement numérique

Aménagement numérique

L’intention de l’aménagement numérique est de limiter les déséquilibres entre les territoires sur le plan de leur accessibilité et de leur compétitivité dans la société de l’information et de la connaissance.

L’ATTRACTIVITÉ EST LIÉE À LA CONNECTIVITÉ

Il y eut l’ère jurassique… Vint l’ère numérique dans laquelle le Jura est plongé, nécessairement, inexorablement. Conscient d’un enjeu majeur – échapper à la fracture numérique – le Conseil départemental du Jura a fait de l’aménagement numérique des territoires une priorité. Tant il est vrai que l’attractivité est fortement liée à la connectivité.

La fibre optique véhicule les données numériques à la vitesse de la lumière. Elle permet à l’usager d’accéder à l’information et de transmettre l’information de manière instantanée – c’est ce qui fait la performance d’internet, la puissance de La Toile.

La population jurassienne dans toutes ses composantes, du particulier au chef d’entreprise en passant par le collège et le webmaster/webmarketeur, ne doit en aucun cas être pénalisée par une connectivité basse ou moyenne.

Ainsi, aujourd’hui et demain, le Département prend l’initiative et assume la prise en charge du déploiement des moyens et outils numériques, dans les zones non couvertes par l’offre des opérateurs privés, qui forment l’essentiel des plus de 500 communes du Jura. En effet, la commune de Dole et la majeure partie de l’Espace Communautaire Lons-Agglo (ECLA) seront fibrées directement par des opérateurs privés.

Il faut savoir que sans l’intervention proactive du Département, plus de 90% des communes jurassiennes risqueraient de subir une fracture numérique.

Un schéma directeur d’aménagement numérique territorial (SDANT) a été élaboré en association après l’avis des Présidents des Intercommunalités afin de définir et programmer la construction des réseaux.

L’union faisant la force, la Société Publique Locale (SPL) a été créée ; elle réunit six actionnaires, soit la Côte d’Or, le Jura, la Saône-et-Loire, l’Yonne et les syndicats mixtes Nièvre Numérique et Doubs Très Haut Débit. La SPL Bourgogne Franche-Comté Numérique a pour objectif d’attribuer les marchés de travaux pour la fibre.

Cette échelle territoriale permettra de proposer un réseau d’une dimension suffisante pour séduire et convaincre les opérateurs locaux et nationaux. En effet, si la Collectivité met bel et bien en place la « tuyauterie », il revient à l’utilisateur de choisir son opérateur !

Il faut savoir que sans l’intervention proactive du Département, plus de 90% des communes jurassiennes risqueraient de subir une fracture numérique.

UNE AMBITION NUMÉRIQUE !

« L’accès au Très Haut débit, fixe ou mobile, est devenu un enjeu majeur pour notre quotidien. Le département du Jura en a fait l’un des dossiers prioritaires de ce mandat avec la volonté de couvrir, de manière équitable, harmonieuse et pérenne, l’ensemble de nos territoires. Son objectif vise à répondre aux différents besoins rencontrés dans les différents domaines que sont l’économie, l’éducation, l’administration, l’emploi ou encore la santé, sans oublier ceux des particuliers et des familles tant l’usage s’est considérablement développé. S’appuyant sur un schéma d’aménagement à l’échelle du Jura complètement revisité en 2015, le conseil départemental mène aujourd’hui une double action : oeuvrer selon un mix technologique (MeD, FTTH, voie hertzienne) au déploiement des infrastructures au sein même de nos différentes communes et poursuivre la réflexion sur le développement des usages et des ressources numériques nécessaires à leur attractivité. Il s’agit là d’un cercle vertueux auquel sont associés actuellement tous nos territoires pour une même ambition partagée. Il se veut également fédérateur par l’engagement et la contribution de toutes les communautés de communes et d’agglomération. Une véritable ambition numérique est en marche ! »
Jean-Michel DAUBIGNEY

 

PLUS BELLE LA VIE AVEC LE TRÈS HAUT DÉBIT

Le THD sert tous les jours, à tout le monde, dans tous les domaines. Les entreprises l’utilisent constamment pour l’envoi et l’échange de gros fichiers (en Gigabits). Les collectivités mettent les services en ligne dans le cadre d’une dématérialisation galopante. Les établissements scolaires en ont besoin pour les activités pédagogiques (recherches, échanges…). Dans le domaine de la santé, la télémédecine connaît un réel développement ; par ailleurs, les maisons de santé s’appuient sur le THD pour la collecte et l’échange d’informations. Enfin, les particuliers ont la possibilité de surfer rapidement et confortablement dans l’univers du multimédia (infos, culture, loisirs, télévision haute définition, etc.).

 


 

Le Numérique en sigles

Les développements technologiques ont généré une prolifération des sigles et autres acronymes. En voici un petit inventaire dédié à l’univers numérique, en expansion permanente et truffé d’anglicismes…

  • Adsl : Asymetric Digital Subscriber Line soit RNA raccordement numérique asymétrique. Il s’agit d’un protocole de transmission numérique à haut débit qui utilise le réseau téléphonique – donc des fils en cuivre.
  • AMII : Appel à Manifestation d’Intention d’Investissement. Cet appel a été lancé dans le cadre
    du programme national très haut débit. La ville de Dole et ECLA (Espace Communautaire Lons-Agglomération) sont des zones AMII qui seront couvertes par les investissements des opérateurs privés.
  • ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes) : Autorité administrative indépendante, elle régule le secteur des télécommunications et les relations entre les intervenants du secteur en préservant une concurrence «loyale et effective».
  • Débit : En matière numérique, le débit correspond à la quantité d’informations échangeables sur une liaison informatique en un temps donné. Il est généralement calculé en mégabits par seconde (Mbps).
  • FTTH : Fiber To The Home soit la fibre jusqu’à la maison, jusqu’à l’abonné. La fibre optique (en verre, en plastique) permet d‘acheminer les flux montants et descendants à la vitesse de la lumière.
  • G : comme Génération de technologies sans fil. La 4G permet un accès au haut débit.
  • Internet : mot anglo-américain internetworking, contraction de inter et de network (réseau). Soit le réseau mondial de communications numériques – ou encore World Wide Web « toile d’araignée mondiale »… alias La Toile.
  • MeD : Montée en Débit. Elle consiste à apporter la fibre au coeur de la commune tout en utilisant le réseau cuivre entre le Noeud de Raccordement d’Abonnés et les habitations. (voir infographie). Dans ce scénario, la fibre n’arrive pas directement chez l’abonné via une prise à domicile mais le système offre une bonne qualité de service (débit supérieur à 10 M/bs).
  • M b/s : Unité de vitesse de transmission des débits internet. Plus il y a de mégabits par seconde, plus les flux sont rapides, l’utilisateur, privé et professionnel, demandant l’instantanéité.
  • SPL BFC Numérique : il s’agit de la Société Publique Locale Bourgogne-Franche-Comté Numérique. Elle a pour mission l’exploitation et la commercialisation des réseaux FTTH.
  • THD : Très Haut Débit.
  • Wi-Fi / WifiMax : Wireless Fidelity soit fidélité sans fil ! La transmission de données numériques se fait par ondes radioélectriques. Le WifiMax (transmission sans fil) est un dérivé amélioré et à longue portée (5-6 km au lieu de 100 m autour des bornes Wi-Fi classiques).