ESPACES NATURELS

La politique des espaces naturels sensibles (ENS), compétence départementale définie dans le code de l’urbanisme, vise à préserver et gérer des milieux naturels à forte valeur environnementale et à les valoriser auprès du public, sous réserve du respect de l’intégrité des milieux naturels concernés.

Cette politique est financée par la part départementale de la taxe d’aménagement affectée aux ENS ; cette taxe étant payée par tout particulier ou professionnel qui entreprend, dans un bâtiment ou sur une propriété, des travaux soumis à une autorisation d’urbanisme.

Dans ce cadre, le Conseil départemental a voté le 16 décembre 2015 un schéma départemental des espaces naturels sensibles se déclinant en 8 objectifs et en 35 fiches actions.

Les principaux milieux ciblés dans ce schéma sont :

  • les pelouses sèches, habitats à fort enjeu patrimonial,
  • les zones humides et milieux aquatiques, habitats patrimoniaux prioritaires, incluant des enjeux de ressources en eau et de limitation des risques d’inondation.

L’aspect principal de cette politique porte sur la constitution d’un réseau de sites labellisés ENS, qui sont de deux types :

  • les ENS d’initiative départementale, propriétés du Département gérées principalement en régie par la cellule départementale d’entretien de rivières et espaces naturels (CDEREN),
  • les ENS d’initiative locale, sites sous maitrise d’ouvrage locale (collectivité ou association), dotés d’un gestionnaire naturaliste qualifié, et accompagné financièrement ou techniquement ou administrativement par le Département.

Sur les 141 sites ciblés dans ce schéma, au 31décembre 2020, 44 sont labellisés pour une surface de 1 831 ha, dont 14 sites départementaux pour une surface de 764 ha.

Les 4 ENS départementaux les plus anciens sont :

  • Bellecin et Surchauffant, sur les bords du lac de Vouglans,
  • des zones humides bordant le contournement ouest de Lons-le-Saunier,
  • la confluence du Doubs et de l’Orain,
  • le Mont Guérin.

Plus récemment, le site emblématique du lac de Chalain et de la zone humide du Vernois ont été labellisés. Ce site, qui présente des enjeux forts en matière de ressource en eau, d’ouverture au public, d’espèces patrimoniales et de patrimoine archéologique, fait actuellement l’objet d’une réflexion et d’études globales afin de permettre de restaurer et préserver ce cadre magnifique tout en continuant d’accueillir aux beaux jours vacanciers et amoureux du site.

Afin d’évaluer l’état écologique des rivières, le Département réalise chaque année des campagnes de prélèvements et d’analyse des eaux de différentes rivières du Jura.

Ce réseau départemental de mesures et de suivi de la qualité des eaux superficielles comprend 25 stations permanentes, équipées d’enregistreurs thermiques en continu, avec analyse d’échantillons et mesure d’indicateurs relevés au cours de 6 campagnes réparties tout au long de l’année.

Le Département soutient aussi financièrement le Conservatoire des espaces naturels de Franche-Comté et le Conservatoire botanique pour leurs actions visant à développer les connaissances du patrimoine naturel jurassien, ainsi que l’ensemble des différentes associations environnementales ou fédérations qui agissent pour préserver les habitats et les espèces remarquables et pour sensibiliser habitants ou touristes sur les différents milieux naturels.

Une question, une demande ? Contactez directement le service agriculture, eau & milieux naturels au 03 84 87 42 40 ou par e-mail

ENVOYER UN E-MAIL