Archives départementales

Les sites et lieux d’accueil traditionnels du Conseil départemental sont fermés au public jusqu’à nouvel ordre. Un accueil téléphonique est maintenu de 9h00 à 12h00 et de 13h00 à 16h00, du lundi au vendredi, jusqu’à la levée des mesures de confinement. Il est préférable de n’appeler qu’en cas de stricte nécessité…

Christian ROCHET

« Mon métier est passionnant ! »

Attaché de conservation du patrimoine – Archiviste. Cette appellation austère recouvre un métier insolite nécessitant des qualités d’enquêteur : patience, pertinence, attention, curiosité, connaissances à large spectre, capacités à établir du lien…

39 ans d’immersion dans des mondes peu connus du grand public, cela forge un fonctionnement intellectuel et une culture atypique.

« C’est vrai, on se prend vite au jeu, confie Christian Rochet, mon métier consiste à organiser et mettre en œuvre la collecte, le classement, la conservation et la communication des documents. Nous avons également un rôle d’expertise et conseil sur le droit, la gestion et l’utilisation d’archives publiques et privées auprès des administrations, des élus, des chercheurs, des particuliers. » La rigueur préside à l’activité archivistique que ce soit pour assurer l’archivage de documents provenant du tribunal de commerce de Dole (dont les compétences ont été reprises par celui de Lons-le-Saunier) ou pour répondre à une demande spécifique d’un particulier qui a été adopté par son oncle il y a 60 ans et qui recherche un document s’y rapportant.

La rigueur préside à l’activité archivistique

« Toute correspondance, toute demande doivent avoir une réponse. Cela dit, on ne peut pas tout conserver ni répondre instantanément à la demande, une vérification est souvent nécessaire. » Les gens sont devenus impatients d’autant plus lorsqu’il s’agit « d’affaires de famille »: « En fait, il n’y a pas de secret de famille, la personne ou l’historien trouvera presque toujours réponse à ses interrogations. D’ailleurs, il y a aussi des généalogistes professionnels qui enquêtent dans le cadre d’héritages » explique la mémoire vive des Archives. Christian Rochet possède l’art de raconter des anecdotes, de donner à rêver et à réfléchir: « Je pense aux documents des tribunaux dans lesquels on s’immerge… On voit, on lit, on imagine. »
Les Archives ? Une invitation au voyage didactique !

« Nous venons chercher notre grand-mère ! »

Ce genre de propos, Christian Rochet l’a déjà entendu et il en sourit toujours: « mais nous comprenons tout de suite l’attente de la personne, sa volonté forte de vouloir retrouver ses origines ». Cette anecdote est inscrite à son catalogue de demandes étranges, saugrenues, insolites, intéressantes aussi.
Récemment, il a reçu une missive rédigée par un citoyen canadien à la recherche d’un ancêtre ayant habité Arbois vers 1860 – ledit ancêtre étant dentiste itinérant et peu scrupuleux, semble-t-il.
« L’escroquerie est aussi vieille que l’humanité » lâche avec philosophie l’archiviste, rompu aux avatars et avanies propres à la condition humaine.